Jubilé de platine
Comments 4

God Save The Dressing

Le Boudoir de Kate Middleton s’associe aux célébrations du Jubilé de platine. Il salue 70 ans de règne et d’élégance et vous présente sa série haute couture “God Save The Dressing”, un récit très apprécié de Sa Majesté.

La mode passe comme un train. Le style reste. Elizabeth II l’a bien compris. Son style unique défie le temps. A la Cour des Windsor, l’icône c’est ELLE !

Une silhouette se présente. Manteau et chapeau pimpants, gants, sac de dame et perles fines, Sa Majesté s’est forgé une identité visuelle reconnaissable depuis la grande muraille de Chine. Ses propositions multicolores, ses couvre-chefs potagers, ses corgis sont des repères rassurants dans un monde en perpétuel mouvement.

« Il n’y a rien de moderne dans sa façon de s’habiller », proclame un critique de mode du Washington Post. Pourtant son allure continue d’inspirer les créatifs. Ouverte aux idées de son temps, utilisatrice des outils numériques, cette tête couronnée hyper connectée mise tout sur les classiques. Il est vrai que son style n’a que très peu évolué. Elizabeth cultive le classicisme tout en affichant sa prédilection pour les tonalités soutenues. Non typée, sa façon de se vêtir dépasse les modes. Elle leur survit. La dame aux cheveux immaculés a bien retenu la leçon : qui se frotte aux tendances se pique. Le meilleur chemin vers l’élégance consiste à trouver ce qui convient et à s’y tenir. Son raffinement pérenne en impose. La reine est au-dessus des modes. Elle ne s’habille pas comme le commun des mortels. Dans ses penderies, elle n’a que des valeurs sûres…des indémodables et des accessoires fétiches. Les tailleurs de cette souveraine pragmatique sont accueillants, ses souliers confortables.  

Notre siècle va en baskets. Elizabeth II remet l’art de se vêtir au centre de l’échiquier. Une classe folle même sous des températures suffocantes ou à dos d’éléphant, la reine d’Angleterre est l’arbitre des modes. Femme de tous les superlatifs, style de tous les superlatifs, n’en jetez plus, la Cour est pleine.  

« Impeccable », s’exclame, le prince Harry, son petit-fils préféré, à propos des toilettes de sa grand-mère. Tout est dit. Elizabeth II règne sans gouverner depuis 70 ans. Ses looks sont entrés dans l’histoire. Très vite, elle choisit son camp : l’élégance suprême. Son allure légendaire transcende les époques. Conservatrice, raffinée, un brin surannée, ” la Windsor touch ” n’a pas pris une ride. Deux mots définissent l’ère élisabéthaine : exemplarité, dignité. Ils s’appliquent aussi à son vestiaire. Contrairement à sa trisaïeule Victoria, qui porta le noir jusqu’à la fin de sa vie, en souvenir de son époux bien-aimé, le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, sa descendante voue son règne aux couleurs.

Style protocolaire plus coloré à la ville, en majesté aux représentations d’Etat, ourlets lestés, rectitude, pardessus s’ouvrant sur des robes fleuries, elle est la perfection vestimentaire faite reine.

La fille aînée de George VI a connu l’âge d’or de la haute couture, époque où les dames ne sortaient jamais tête nue. « Qu’elle ne touche à rien », lui recommande le styliste Alexandre Vauthier. La souveraine laisse le monde changer et reste insensible aux sirènes de la mode.

Depuis qu’elle est montée sur le trône en 1953, elle délivre une master class d’élégance. Son règne offre une impressionnante galerie de photos souvenirs. Sur le pont du Britannia, elle retient son chapeau d’une main gantée, afin de ne pas l’offrir au vent. En robe ample, lunettes noires et souliers plats, elle créé l’événement au match de polo du prince Philip. Penchée sur ses boîtes rouges, elle étudie ses dossiers en robe trois trous. Flanquée du prince Charles et de la princesse Anne, elle regarde au loin, étrennant un tailleur cintré et un chemisier délicat…la classe So British

Plusieurs mains expertes se sont occupées de ses toilettes haute couture. Norman Hartnell dessine les essentiels de la future reine. Il signe deux robes emblématiques : la toilette nuptiale et celle du couronnement. Andy Hamies conçoit le vestiaire de ville. Les costumes de représentation sont coupés dans l’air du temps. On retrouve l’influence parisienne, le glamour des Fifties, de faux airs de Chanel, Givenchy, Balmain, Balenciaga, Philippe Venet.

Prochain épisode: L’âge heureux

4 Comments

  1. Marie de Brocéliande says

    Bonjour à toutes. Comme elle a raison ! Cette femme est un symbole de force, de classe, de résistance dans cette société déboussolée. Merci Majesté.

  2. Aurelie says

    Chère Lynda.
    Merci d’avoir pris cette décision de mettre en avant cette grande dame. J’en suis ravie.
    Votre prose est toujours si agréable à lire.
    J’apprécie beaucoup ce premier article qui lui est dédié. J’attends avec une certaine impatience de lire le deuxième.
    Beau dimanche à vous toutes et tous.
    Aurelie

  3. Vesta says

    Oh! merci Lynda pour ce petit bijou! J’attends avec joie les prochains épisodes!

  4. Estelle says

    Sa garde-robe est à l’image d’Elizabeth : constance, longévité, avec un brin de peps apporté par les couleurs.

Laisser un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s