Latest Posts

Quoi de neuf duchesse

Kate aux abonnés absents? Réapparue officiellement le 2 octobre, la duchesse de Cambridge a couvert quelques missions et sorties familiales. Activités de plein air avec les scolaires, sommet mondial du handicap mental, inauguration du centre de photographie par la marraine du musée Victoria&Albert, mariage de la princesse Eugénie d’York, et puis s’en va. Kate disparaît des radars médiatiques. Entre deux réunions à huis clos, elle flâne dans les allées de la brocante de Battersea, en attendant la sortie d’école des petits; fait plus ample connaissance avec son neveu, baby Matthews ( 3,9kg), né à la maternité de l’hôpital St Mary le 15 octobre. Et quand on ne la voit pas, elle travaille en coulisse. Son chantier sur l’enfance en échec se concrétisera en 2019.

En ce moment, le projecteur est braqué sur  la tournée Commonwealth du couple Sussex. Pour celles que cela intéresse, le BDKM publie quelques flashs sur sa page Facebook. Il ne couvre pas l’intégralité du voyage, ne fait pas non plus l’inventaire de la garde-robe. L’information arrive par petites touches éparses.

Revenons à l’égérie de ce Boudoir. Deux événements non-médiatisés se sont déroulés en privé. Mardi matin, une réunion s’est tenue au palais de Kensington, en présence de l’épouse du prince William et d’experts convoqués par la Fondation Royale, pour soumettre le projet caritatif “Early years” de son altesse royale. Hier après-midi, Kate&William ont donné une réception en l’honneur des finalistes de la BBC Radio One’s Teen Hero Awards.

Bien que leurs noms ne figurent pas au programme des festivités, données en l’honneur du couple souverain des Pays-Bas, en visite au Royaume-Uni (23-24 octobre), les Cambridge sont pressentis au Banquet d’État du mardi 23. Kate a passé une journée aux Pays-Bas, elle a aussi assisté à la cérémonie du Souvenir aux côtés de la reine Maxima. Sa présence est donc requise. Ce sera un grand moment. Un instant féerique: tiare et robe de gala seront de mise…

8 novembre 2015, Remembrance Day en présence de la reine Maxima

11 octobre 2016, le roi Willem-Alexander reçoit la duchesse

Advertisements

Meghan et Harry attendent un bébé

Carnet rose à la Cour d’Angleterre. C’est officiel, le duc et la duchesse de Sussex attendent un heureux événement pour le printemps 2019. Le palais vient d’annoncer la nouvelle!

Updated Les photos officielles de Jack et Eugénie

Ce fut un mariage heureux et venteux. Deux jours après les noces princières, les photos souvenir sont enfin dévoilées. Elles ne dérogent en rien à l’esthétique de l’institution monarchique. Le professionnel sollicité livre aux mariés des portraits dans les règles de l’art, sur lesquels les petits apportent une note de fraîcheur et de spontanéité.

PA

Monsieur, madame Brooksbank, leurs proches se font tirer le portrait. La scène se passe dans l’un des salons d’apparat du château de Windsor. Alex Bramall, photographe de mode-portraitiste, auteur des portraits glamour de la cadette York, parus dans Harper’s Bazaar, est chargé de graver le bonheur sur pellicule. Il procède aux mises au point, sélectionne les filtres, installe les réflecteurs, sous l’œil bienveillant des ancêtres peints sur les toiles de maîtres.

PA

PA

PA

PA

PA

PA

La famille réduite à l’essentiel (le couple souverain, les parents des mariés, les témoins et les enfants d’honneur) se place suivant ses recommandations. On se repoudre le nez. On ajuste sa cravate. Le prince Andrew remet en place la traîne interminable. Une main douce arrange les cheveux de George et Charlotte. Leur mère leur murmure dans l’oreille “restez sages”. Le duc et la duchesse de Cambridge s’éloignent sur la pointe des pieds. Ils ne sont pas de le cadre. Leurs héritiers les représentent. La fille de Kate et William se passe des genoux de sa maman. Le grand frère est là qui veille. Les flashs éblouissent, quelques déclics.. c’est dans la boîte! A côté des portraits posés, monsieur et madame Brooksbank ajoutent un cahier de photos supplémentaires. Il y a le baiser passionné-magnifié par le noir et blanc-échangé dans le carrosse, la princesse découpant son gâteau, les jeunes mariés en tenue de soirée se rendant au dîner du Royal Lodge. La rose anglaise arborant une robe plissée à l’antique Zac Posen. Les people prennent aussi la pose en souvenir du grand jour.

Elisabeth II choisira une composition qu’elle fera encadrer et qu’elle déposera à côté de celles de ses petits-fils.

Le mariage de la princesse Eugénie d’York

Retour à Windsor. Encore une belle journée romantique! Cinq mois après les noces printanières de Meghan&Harry, la famille royale nous convie à un mariage automnal, en blanc et en majesté. Les York marient leur cadette. La princesse Eugénie, 27 ans, prend Jack Brooksbank, 31 ans, pour mari.

Getty Images

Getty Images

Reuters

PA

PA

PA

PA

PA

Donnez-leur du rêve. A la Cour d’Angleterre, les noces princières sont grandioses, célébrées dans les fastes de la couronne. Les ladies sont coquettes, les gentlemen fringants. L’ensemble compose une pyrotechnie de couleurs. 2018 est une année faste.  Mariages, naissances, réjouissances, la fabrique de contes de fées tourne à plein régime. C’est une fête, telle que les aime Elisabeth II, empreinte de bonheur, pleine des rires cristallins des plus jeunes. Un jour où la famille se rassemble autour d’une somptueuse pièce montée. L’amour de monsieur et madame Brooksbank profite à un autre couple. Sarah Ferguson, duchesse d’York divorcée depuis 1996, retisse un lien avec son ex mari. Cupidon décocherait-il ses flèches aux parents de la princesse? On dit qu’ils sont les meilleurs amis du monde…

Getty Images

Eugénie et Jack Brooksbank, ancien directeur du club Mahiki, où les “Royals”ont passé des nuits blanches, se fréquentent depuis plusieurs années. Ils se sont rencontrés sur les pistes de Verbier en 2010. Tout se décide au Nicaragua. Le prince charmant pose un genou à terre et fait sa demande. Sa dulcinée l’annonce illico sur les réseaux sociaux. Les tourtereaux se diront oui en octobre. Ils le font savoir en février puis se lancent dans les préparatifs. Le mariage sera grandiose ou ne sera pas. Moins médiatisées que les précédentes, les noces sont vendues comme retentissantes. Le montant de la note s’élèverait à 2,2 millions d’Euros. Les fiancés invitent 850 personnes et 1200 convives anonymes. Le lieu est tout trouvé: Sa Majesté impose la chapelle royale de Windsor. Et on ne transige pas avec la reine du Royaume-Uni. Peregrine Armstrong-Jones officie en tant que wedding-planer. On lui doit l’organisation du mariage Beckham. La pâtissière Sophie Cabot réalise un gâteau aux couleurs d’automne, à base de cerises et de chocolat. Le marié fournit la Tequila. Il représente la marque Casamigos, co-fondée par George Clooney. Et surtout, pas de plastique! “Ma maison est “antiplastique”Jack et moi voulons que notre mariage le soit également.”

Wedding cake

Le jeune couple doit faire face à des déconvenues. La BBC ne veut rien savoir. Elle boycotte l’événement. La canal national craint le flop d’audience. Le prince Andrew ne parvient pas à convaincre ses dirigeants de retransmettre la cérémonie en direct. ITV décroche l’exclusivité. Les internautes se consolent en se connectant au Youtube du prince Andrew. Le père de la mariée insiste auprès des médias, que le mariage de sa fille n’a rien à voir avec celui de son neveu Harry. “Il y a beaucoup de monde car les mariés ont beaucoup d’amis”. Voilà que certains se désistent. La duchesse de Cornouailles se trouve en Ecosse, occupée à la fête des moissons d’une école de Birkhall. Rentrée de Balmoral mardi dernier, la souveraine se réjouit de cette union. En public, Mam esquisse quelques sourires. En privé, elle étreint sa petite-fille et la félicite. Dans l’intimité de ses appartements, Elisabeth II laisse éclater sa joie, fredonne un air entraînant, entre dans la danse, pousse un youpi. En ce jour spécial, le prince Philip interrompt sa paisible retraite. Les cousins ne manquent pas à l’appel. Harry et sa douce s’éclipseront plus tôt pour préparer leur départ. Le couple effectue sa première tournée Commonwealth. Les petits Cambridge sont dans le cortège des elfes: George est page, Charlotte demoiselle d’honneur. Mia Tindall, Savananah et Isla Phillips, Maud Windsor accompagnent la mariée à la chapelle Saint George. La joyeuse troupe compte également Theodora Rose, fille de Robbie & Ayda Williams, Inès et Louis de Givenchy (enfants du banquier américain). Les bambins de Kate et William sont de toutes les cérémonies. Ils sont doués pour les ambiancer. Les photographes se régalent: il y a une sacrée équipe de diablotins.

Andrew Parsons-I-Images

Camera Press

James Whatling

PA

Et la robe? Commence alors le suspense. Comme Kate et Meghan, la mariée suit un régime petit pois afin d’être à son avantage. Neuvième dans l’ordre d’accession au trône, la petite-fille d’Elisabeth épouse sans son consentement. Le fameux acte (Intrument of Consent) ne concerne, en effet, que les six premiers prétendants au trône. Granny lui donne sa bénédiction. Elle qualifie le chevalier servant de “très gentil jeune homme”. La duchesse d’York accueille son gendre à bras ouverts. Elle l’appelle déjà son fils.

James Whatling

Pas facile de se tailler une part du gâteau royal. Les duchesses de Cambridge et Sussex font de l’ombre aux sœurs d’York. Eugénie et Béatrice ne captivent pas autant les foules que les femmes de leurs cousins. Leurs looks très pointus ne font pas l’unanimité. Autrement dit, les filles ne s’arrachent pas leurs robes. Le 29 avril 2011, leurs bibis atypiques sont entrés dans l’histoire. Au grand dam de leur père, les princesses de sang royal passent pour les dernières roues du carrosse. Le frère de Charles monte régulièrement au créneau pour se plaindre d’une suppression de garde rapprochée ou d’une privation de balcon royal. Le projecteur est ailleurs…  elles s’amusent! Eugénie et sa sœur fréquentent les people, arpentent les tapis rouges, font la une des magazines de mode, tout en se consacrant à leurs œuvres de bienfaisance.

James Whatling

Dans une interview exclusive accordée à Vogue, la future madame expliquait son souhait de faire de cette cérémonie, “un moment unique qui restera à jamais gravé dans la mémoire” . La veille du DDay, elle se confie à ITV et déclare “je suis  tellement heureuse que j’ai envie de remonter l’allée en courant”. Et le grand jour arrive! Kate la discrète fait de son mieux pour ne pas lui voler la vedette. Sa robe framboise Alexander McQueen a les mêmes pinces à l’encolure que la rose mise lors de l’édition 2017 de Trooping the Colour. Le vent la taquine…elle a l’habitude…Une nouvelle coiffe à voilette (Philip Treacy) donne la touche finale. Sa coiffeuse a réalisé un chignon plein de panache. Ses talons sont toujours aussi vertigineux.

Getty Images

Getty Images

Getty Images

Mark Large

Getty Images

Max Mumby

Getty Images

DM

PA

PA

PA

DM

La duchesse Meghan, à qui les lieux rappellent de tendres souvenirs, est aussi très en beauté en Givenchy. Qui des deux jeunes femmes remportera le match des élégances? Les invités défilent, affichant leurs préférences vestimentaires. Chapeaux délicieux, qu’il faut maintenir à cause du vent qui décoiffe, lunettes de star, robe panthère, tailleur-pantalon sur Cara Delevingne, tout cela est très anglais. Enceinte jusqu’au cou, Pippa Matthews est de la fête! Les limousines de William et Harry sont acclamées. Les cris des fans fusent. Princesse Charlotte salue la foule. Lady Louise, fille du comte et de la comtesse de Wessex, a pour mission de récupérer les enfants d’honneur à leur sortie de voiture. Elle s’en acquitte avec assurance et les conduit à l’intérieur.  La nounou Maria Borrello prend aussitôt le relais et leur remet les bouquets de fleurs.

Mark Large

D’autres images montrent une voiture sur le départ. La princesse d’York est assise sur un nuage, à côté de son père. On devine l’éclat d’un diadème de famille, surmonté d’une somptueuse émeraude de 93.70 carats, le corsage d’une robe haute couture. La Rolls dépose les passagers au château médiéval de Windsor. Les trompettes claironnent à leur arrivée. Le duc d’York aide sa princesse à remettre sa traîne dans le sens de la marche. Et le secret le mieux gardé du royaume est enfin dévoilé: une robe majestueuse, d’inspiration victorienne, griffée Peter Pilotto & Christopher de Vos (maison londonienne fondée en 2007), en jacquard de soie, coton et viscose, tissée d’une guirlande végétale. Le chardon symbole de l’Ecosse, pays cher au couple, le trèfle pour le clin d’œil à l’Irlande et à la famille, la rose blanche d’York et le lierre, emblèmes des mariés. Ni falbalas ni fioritures. La création immaculée tire son allure souveraine de savants effets dans le dos. L’heureuse élue ne porte pas de voile. Elle a maquillé son visage poupin de rose, avec les fards Bobbi Brown. Son diadème en émeraudes et diamants, “le Greville Kokoshnik”, lui a été prêté par la souveraine. Ce bijou d’inspiration russe, conçu par Boucheron en 1919, appartenait à l’origine à Mrs Margaret Greville. Le bouquet est l’oeuvre de Patrice Van Elden Oakes. Il se compose de brins de muguet, de roses blanches, de chardons bleus, de pépins de Stéphanotis, de brindilles de myrte et de lierre.

Getty Images

En ce 12 octobre 2018, la reine du jour fait son entrée au bras de son daddy. On entend presque battre son cœur. Son futur mari ignore tout de sa robe. Il essuie des larmes derrière ses lunettes de vue. Qu’en pense-t-il? On lit sur ses lèvres “o mon cœur!” Gagnée par l’émotion, la duchesse de Cambridge pose sa main sur la cuisse de son époux. John Sentamu, archevêque d’York préside la cérémonie, tandis que le révérend David Conner mène les prières. Les extraits de Gatsby sont lus aux invités. Andrea Bocelli entonne les airs choisis par le jeune couple. Eugénie et Jack s’échangent les anneaux. Vient le moment tant attendu. Les mariés scellent leurs promesses d’un savoureux baiser. Ils quittent les lieux, se bisent à nouveau, et prennent place à bord du carrosse d’Ecosse. Le cortège s’élance au son de la cornemuse. La procession-moins longue que celle du cousin Harry-équivaut à une marche de dix minutes. Les jeunes gens connectés semblent s’amuser de la promenade en apparat. Jack Brooksbank a épousé une princesse d’Angleterre et le décorum monarchique. Pendant que les mariés partent à la conquête des britanniques, les invités se rendent à la réception organisée par la reine. La princesse Béatrice, 30 ans, n’a plus qu’à attraper le bouquet, avant que celui-ci ne soit déposé sur la tombe du Soldat Inconnu, comme le veut la tradition initiée par la reine mère.

KP

PA

Les nouveaux mariés prennent congé. Dans la cour du château un bolide est avancé. La surprise épate la princesse. Monsieur Brooksbank prend le volant de la voiture de James Bond. Il s’agit de l’Aston Martin DB10 du film Spectre. Toujours prévenant, le père de la mariée se charge de la traîne. Jack et Eugénie roulent à vive allure. Ils se rendent au banquet donné par le le duc d’York au Royal Lodge. Mrs Brooksbank à emporté une autre tenue, commandée chez Gainsbourg.  C’est un ensemble veste-mini robe rose poudre. La princesse a fait broder son nom d’épouse au dos de la veste. Eugénie et son mari prévoient une journée supplémentaire de festivités le samedi. Au programme: manèges, auto-tamponneuses, noix de coco et Bloody Mary à gogo. Ils se marièrent, vivront heureux et fonderont une famille. Vive les mariés!

Getty Images

PA

PA

 

Kate au Musée Victoria & Albert

En cette journée mondiale du handicap mental, la duchesse de Cambridge est appelée ailleurs. Hier le couple princier s’est invité au premier sommet global de la santé mentale. Kate et son époux ont fait des rencontres intéressantes.

Getty Images

Getty Images

Getty Images

L’annonce avait été officialisée pendant la grossesse: la duchesse de Cambridge accorde son parrainage au musée d’art et de design Victoria&Albert. Kate y a déjà usé le bout de ses escarpins. L’année dernière, elle visitait les lieux et découvrait  la cour carrelée de porcelaine. L’établissement de renommée internationale a fait l’objet d’une rénovation qui a nécessité deux ans de travaux. Elle revient en tant que première marraine royale. Au palais Saint James, les princes William et Harry reçoivent les délégations de la conférence sur le commerce illégal des espèces sauvages qui se tiendra à Londres dès demain.

Getty Images

James Whatling

Iman Check Dress Erdem

Les passants se regroupent aux abords du musée. Ils guettent le cortège. La visiteuse fait son entrée à la nuit tombée. Resplendissante duchesse. Sa robe Prince de Galles effrangée, animée de boutons précieux gante sa silhouette sculpturale. Le vêtement a été livré au palais de Kensington, moyennant quelques ajustements: un membre de la maison de Windsor ne montre pas son ventre. Erdem Moralioglu a dessiné ce modèle (collection été 2018) en s’inspirant des toilettes de la reine Elisabeth. Le décolleté rétro rappelle celui de la Jesire, portée au vernissage Lucian Freud. Catherine rajoute sa touche personnelle. Une ceinture et des accessoires déclinés dans les tons de cassis.

Getty Images

Getty Images

L’exposition inaugurale retrace l’évolution de la photographie du XIXe siècle à nos jours. Le musée abrite la plus importante collection de photographies d’Europe. La Royal Photographic Society (RPS) y a transféré son fond en 2017. Plus de 270.000 photographies et 26.000 œuvres sont venus étoffer les 500.000 existantes. Galeries et nouveaux espaces de conservation ont été aménagés. Le passé dialogue avec le présent. Les anciens portraits, dont certains datent de 1820, côtoient les créations contemporaines. Du daguerréotype au numérique, c’est toute l’histoire de la photographie qui défile sous le regard intéressé de la marraine royale, qui détaille les œuvres de Linda McCartney, Julia Margaret Cameron, de Roger Fenton.

La duchesse choisit ses patronages en fonction de ses centres d’intérêts. La photo est l’un de ses passe-temps. Et elle excelle en la matière! Les portraits de ses bambins et les vues de la forêt tropicale de Bornéo parlent pour elle. La prestigieuse Société royale de photographie a nommé la reine du selfie enfantin membre honoraire à vie.

Le Canon PowerShot de Kate

La bienfaitrice du V&A déclare ouvert le nouveau centre de photographie. Une plaque commémorative gravée à son nom atteste de son passage. Britanniques et touristes pourront s’y rendre dès le 12 octobre. Ce même jour, beaucoup des sujets de Sa Majesté seront occupés à suivre en direct le mariage de la princesse Eugénie d’York. A ce propos, c’est officiel, George et Charlotte seront respectivement page et demoiselle d’honneur. Laissons leur maman à ses préparatifs. A vendredi!

Getty Images

Getty Images

Getty Images

Getty Images

Getty Images

Kate et William au sommet de la santé mentale

Revoici le couple Cambridge réuni pour une cause qui lui est chère. Il s’agit du premier sommet global du handicap mental. La manifestation se déroule au County Hall de Londres. Un événement cousu main pour les initiateurs du mouvement Heads Together lancé en 2016.

PA

Getty Images

Les actions terrain des Royals sont saluées par les dignitaires britanniques. Avec le soutien de la Fondation et leur notoriété planétaire, Kate, William, Harry dé-stigmatisent les troubles psychologiques. Leur implication ponctuelle sensibilise l’opinion, aide les jeunes à gérer leurs émotions. Un seul mot d’ordre: oser en parler.

Getty Images

Le trio se partage la tâche comme suit: la duchesse de Cambridge s’occupe des femmes et des enfants, son époux des hommes, son beau-frère des vétérans. “C’est Catherine qui a remarqué que nous travaillions tous les trois sur le même sujet dans nos domaines d’intervention individuels”, remarquait le duc de Cambridge l’année dernière. En février 2018, la duchesse de Sussex a officiellement rejoint le groupe au Forum de la santé mentale. Sa belle-sœur Catherine se prépare à lancer un nouveau défi. Il se concrétisera en 2017 et viendra en aide à l’enfance en danger. Droite dans ses bottes de cavalière, la princesse du Royaume-Uni a repris le cours de ses obligations il y a une semaine. Le véhicule s’avance. La porte s’ouvre. Elle paraît, fêtée par ses sujets. Pour ne pas déplacer le projecteur sur sa tenue, elle a remis une ancienne robe.

Getty Images

D’éminentes personnalités ont fait le voyage. Politiciens, universitaires et décideurs du monde entier sont réunis autour d’un objectif commun: favoriser les échanges, confronter les points de vue pour améliorer la santé mentale de tous. Projections de films, groupes de travail, dont l’un s’intitule “les enfants, les jeunes et la génération d’aujourd’hui”, figurent au programme de la conférence. C’est aussi l’occasion de découvrir d’autres méthodes de travail. La Slovénie et le Zimbabwe présentent leurs projets au couple princier. William et son épouse rient beaucoup quand on leur demande de s’asseoir sur le banc de l’amitié et de faire comme si de rien n’était. Point d’orgue de la sortie du jour, le peintre Dairo Vargas sollicite les Cambridge pour apporter la touche royale à la toile exposée.

Demain sera un autre jour. L’icône de la Cour d’Angleterre se rendra au Victoria&Albert Museum.

Getty Images

K&W touch

Getty Images

Getty Images

Getty Images

Getty Images

Robe Emilia Wickstead portée à Berlin

Kate A-line wool crepe dress Emilia Wickstead nuance rose poudre

 

Aspinal Mayfair Bag

Gianvito Rossi

Ces classiques qui nous viennent d’Angleterre

Ils évoquent la brume, les tons mordorés de la campagne sous la lumière d’automne, le thé, les scones. Tweed, liberty, tartan, carreaux Prince de Galles, kilt, trench, loden, Barbour, shetland, twin-set, blazer, duffle-coat, ghillies, derbys, veste en Harris tweed, la liste est longue et la mode doit à la Grande-Bretagne ses essentiels les plus chics. Elisabeth II, Lady Diana, Catherine de Cambridge, incarnent la classe à l’anglaise.

Sur les incontournables de la vieille Angleterre, le temps n’a pas de prise. D’où l’utilité de revoir sa garde-robe à  la sauce anglaise. Dans son numéro de septembre, Vogue UK propose une déclinaison des codes britanniques sur le top Fran Summers, photographiée dans son Yorkshire natal. Donnez la Brit touch à votre vestiaire en adoptant un chemisier marmelade, un paletot toffee, un tweed mousseux, un écossais royal. A porter version old school ou de façon subtilement décalée. Et en guise de conclusion, réhabilitons les Burlington dans les Church’s!