Author: Lynda

Kate et William visitent Heidelberg + Soirée à Berlin

Le duc et son épouse voient du pays. Ils explorent les villes pittoresques au pas de course. Le Brexit charm touche à sa fin. Le cortège officiel s’arrête à Heidelberg, ville du romantisme jumelée à Cambridge depuis 1965. C’est une charmante carte postale avec ses montagnes environnantes, son château, son vieux pont, ses rues gothiques, ses fontaines, sa gastronomie conviviale et surtout la plus ancienne université d’Allemagne. Les obligations du jour débutent par une visite au centre de lutte contre le cancer. Par-dessus sa robe solaire, allusion au drapeau germanique-il ne manque plus que le noir à évoquer-Kate enfile la blouse blanche des chercheurs et détaille une cellule au microscope. A quelques kilomètres de là, les admirateurs se massent du côté de la place du marché. Ils ne veulent rien perdre de cette visite royale.  A son arrivée, Kate salue ses fans et n’oublient pas de remercier aussi ceux qui observent le spectacle depuis les balcons décorés de jardinières. Les Royals n’échappent pas aux animations de rues. Au programme du jour, une démonstration sur l’art …

Les Cambridge à Berlin

La tournée européenne continue. Le couple princier poursuit son numéro de charme post-Brexit. Les Cambridge font leurs adieux à la Pologne. Le jet princier atterrit à l’aéroport Tegel. C’est une famille royale unie dans les tons de bleus qui débarque à Berlin. De la descente de l’appareil à l’encadrement, la maman supervise tout en direct. Charlotte a quitté les bras maternels. La petite princesse foule le tapis rouge de ses babies. Les officiels ont prévu deux bouquets de fleurs. L’un est pour Catherine, l’autre pour sa fille. Il faut manger du lion pour suivre daddy & mummy. Visiblement, George n’a pas assez dormi. Il baille et peine à faire le job. Catherine de Cambridge arbore une tonalité qu’elle apprécie. Le fameux bleu Middleton. C’est un manteau cintré Catherine Walker qui lui donne une allure de jeune fille. Il est bleu comme le bleuet national. En dessous affleure une dentelle. Les topazes ciel de sa parure s’accordent au ton de la toilette. Que ressentent monsieur et madame Middleton en regardant les actualités? Une immense fierté de …

Kate William et les enfants un atterrissage en douceur en Pologne

“Nous quittons l’Union européenne pas l’Europe. Nous voulons rester des partenaires engagés, des alliés”. C’est ainsi que Theresa May, Premier ministre britannique, s’exprimait au sujet du Brexit. Le divorce officiellement prononcé, Elisabeth II délègue au duc et à la duchesse de Cambridge- l’arme de séduction massive des Windsor-la mission d’entretenir des liens diplomatiques avec les voisins européens. Jamais sans leurs enfants. Partout où ils passent, les jeunes héritiers régalent leurs hôtes de leurs bouilles et de leurs tenues classiques. Il n’en faut pas davantage pour conquérir les foules sentimentales. Tout commence à Varsovie. La première image de la famille royale se résume à deux museaux collés au hublot du jet. Ils regardent le chambardement sur le tarmac, le tapis rouge, les militaires et l’armada de correspondants de presse. La porte s’ouvre et les émissaires de la couronne font leur entrée. C’est en mater familias que la duchesse paraît. Elle porte sa petite princesse dans les bras. Charlotte, deux ans, ravissante dans une robe à fleurettes, compose avec sa mère le plus candide des drapeaux: le …

Kate et William à Wimbledon

C’est l’hécatombe à Wimbledon. Andy Murray s’est incliné, Djokovik a quitté le tournoi à cause d’une blessure. Aujourd’hui, sur le court central, Federer, l’ami de Pippa-il était invité à son mariage-affronte le croate Marin Cilic en finale. Le suisse veut redevenir le roi du gazon britannique. Son objectif: briguer un huitième Wimbledon. Sur son twitter, le tennisman s’estime “heureux et privilégié de disputer une autre finale”. Les valises bouclées, Kate et William s’accordent une pause détente, à j-1 du départ. Demain, ils s’envoleront pour la Pologne. Hier à Highgrove, propriété du prince Charles, le duc de Cambridge et son épouse ont fêté les soixante dix ans de Camilla. La nuit a été courte mais il leur reste des forces pour mener le champion à la victoire. Droite, gauche, les balles fusent, les têtes se dévissent, le suspense est total dans la loge royale. Carole Middleton et ses filles sont assorties: les trois grâces portent chacune une robe à fleurs. Elles sèment une touche de romantisme dans les tribunes. Que le meilleur gagne!  

Kate au musée d’histoire naturelle

La marraine du Natural History Museum a transmis le goût du jurassique à son aîné. George collectionne les figurines et écoute les histoires de dinosaures que lui racontent ses parents. De temps à autre, les visiteurs croisent la mère et l’enfant dans le hall d’exposition. Le petit prince s’extasie devant la silhouette colossale de Dippy le diplodocus. Il réclame haut et fort un détour par la boutique de gadgets. Bien sûr, Kate cède, et le garçonnet repart avec un nouveau compagnon de jeu. Nimbée de diamants au Banquet d’Etat, Kate a hypnotisé les médias. Ce soir, elle inaugure le spectaculaire Hintze Hall. Pour l’événement, elle s’est offert une robe de jeune première au buste cintré et à la jupe dansante. Sur ses orteils le vernis rouge est mis. Ses sandales à brides donnent le vertige. En affichant une coupe de cheveux plus dynamique sur le court central, la duchesse a lancé la mode du “kob”. Les coiffeurs britanniques vont entendre parler de la nouvelle tendance capillaire! L’espace, entièrement repensé, ouvrira ses portes le 14 juillet. …

Kate au banquet de la reine d’Espagne

Olé! L’Angleterre passe à l’heure espagnole. Le long du Mall, les Colonnes d’Hercule mêlent leurs couleurs à celles de l’Union Jack. Tous les regards sont tournés vers le palais de Buckingham où se tient la réception donnée en l’honneur de Felipe et Letizia. La cour d’Elisabeth II déploie les fastes monarchiques. Du grand spectacle teinté de glamour royal. 31 ans après Juan Carlos Ier, Felipe VI et sa reine touchent le sol britannique. Une soirée d’apparat…la possibilité d’un diadème. Le duc et la duchesse de Cambridge ne jouent pas un rôle majeur dans le déroulement de la visite officielle. Ce soir, ils sont conviés au banquet d’Etat et ne devraient plus reparaître aux côtés du couple souverain. Le prince Harry et les membres de la famille royale vont guider leurs hôtes durant leur séjour dans la capitale. De rêve, l’Angleterre meurtrie en a besoin. Les reines de la rubrique mondaine se disputent l’affiche. Laquelle remportera le match de l’élégance? Catherine et Letizia, deux silhouettes d’aiguille aux corps galbés par l’exercice. Le destin a frappé plus tôt …

Christian Dior soixante dix ans d’élégance au musée des Arts Décoratifs

Quand elles découvrent les robes de Christian Dior, Elisabeth et Margaret sont subjuguées. Epaules douces, taille cintrée, jupe étourdissante, le style new look enchantent les princesses d’Angleterre. Mais une voix gronde en coulisse, brisant net le rêve de les commander. Le roi George VI les trouve trop extravagantes pour des jeunes filles de leurs âges. La cadette devra attendre ses 21 ans pour enfiler une robe de bal… Dans Dior, il y a dieu et or, la promesse d’un fabuleux destin. 1947, le magicien au costume sombre signe la renaissance de la haute couture et de la féminité, après les années austères de l’occupation. De son imagination jaillissent le tailleur Bar, les robes Junon, Palmyre, la ligne corolle, zig zag, envol, naturelle, sinueuse…. Têtes couronnées, First Ladies, stars d’Hollywood, toutes se bousculent ou s’évitent au numéro 30 de l’avenue Montaigne. Fondée en 1947, la maison de couture fête ses 70 ans. Le musée des Arts Décoratifs présente 400 toilettes somptueuses déployées sur 3000 m2. Depuis la disparition de Monsieur Christian en octobre 1957, six héritiers …