All posts tagged: décryptage du style de la reine Elizabeth

Le chant du cygne du dressing

Dans son bureau de Buckingham, elle traite ses dossiers dans un silence de cathédrale pendant que passe la caravane des excentricités. Les dandys psychédéliques arpentent le macadam de Carnaby street. Les Chelsea Girl montrent leurs jambes dénudées par Mary Quant. La micro jupe de la princesse Anne créée le buzz. Sa mère ne dit mot. Il faut que jeunesse se passe. Les jupes royales restent de marbre, figées dans la longueur réglementaire. Forme trapèze, découpes hublots, col pelle à tarte, bottes blanches, teintes pétillantes, les classiques royaux empruntent aux codes des Seventies. Un témoignage avant-gardiste enrichit la galerie des portraits. Andy Warhol réalise une sérigraphie dans les tons pop. Mais rien n’y fait. L’icône de la cour tente de raviver la flamme en paraissant vêtue d’une tenue inhabituelle au gala des artistes. Sa robe arlequin déclenche une avalanche de critiques. Il faut se rendre à l’évidence : le style élisabéthain tombe en disgrâce. Les tenues old fashioned sont décrétées poussiéreuses. Les costumes de la maturité ne parlent plus aux jeunes générations. Le vestiaire ronronne. La reine …

Une reine en liberté

Hors représentation, elle s’invente ce style simple, comble du chic. La reine et le prince consort s’offrent  un portrait d’anniversaire célébrant les noces d’argent. Au premier plan, les éternels amoureux regardent dans la même direction. L’icône de la cour arbore sa tenue bucolique de prédilection: le col roulé et le pardessus en tweed, du nom de la célèbre rivière dans laquelle on rince les lainages afin de leur donner du moelleux. En arrière-plan, la nature écossaise indomptée sert de décor naturel. En twin-set, blouses, jupe pied-de-poule, coiffée d’un foulard noué façon fichu, elle se compose un vestiaire bien à elle. La couronne propose d’autres images campant une reine plus intime. Pendant que le prince Philip dispute un marathon, son épouse s’offre un quart d’heure de tendresse. Assise sur l’herbe, elle câline ses chiens. Ce jour-là, elle a choisi de porter un gilet au point irlandais, une jupe en tweed et une gabardine. Sur d’autres clichés qui font la une des magazines, Sa Majesté et sa meute canine se font tirer le portrait à Windsor. La …

Les années fastes

Le style rétro culmine dans les années 50. Les journalistes qualifient la reine d’Angleterre de bombe. Un ministre la compare à Greta Garbo. C’est l’époque du rétro, des jupes dansantes et des bibis. Grace Kelly, future princesse du Rocher, incarne la tendance. De nos jours, la série américaine Mad Men popularise les silhouettes seyantes sur le petit écran. Un enchanteur français est à l’origine de cette mode. A Paris, la rédactrice Carmel Snow s’extasie en découvrant la collection Christian Dior. Its new ! It’s new Look ! Dior agite sa baguette magique. Un style né qui va changer la mode. L’esprit de Dior est partout.  Le new look rompt avec la rigueur des années de guerre. Soyons fous ! Les jupes toutes en volume tourbillonnent, la taille s’étrangle, la femme devient fleur, corolle. Les princesses d’Angleterre assistent à une présentation privée. Elles sont sous le charme. Margaret insiste. La cadette veut une robe romantique. Son père obtempère : pas avant la majorité ! Le fardeau royal ne pèse pas sur ses épaules. Alors Margaret pousse les décolletés un peu plus loin, …

Sac et umbrella

Le style est dans le sac. 1968. La France fait sa révolution. A Londres, Elizabeth II trouve le graal chez le maroquinier Launer. Elle jette son dévolu sur un réticule minimaliste, léger, dépourvu de fermoir et de compartiment dont les grandes anses permettent le porté main. La reine le tient comme avant, calé dans le creux du bras. Une fois adoubé, elle ne le quitte plus. Le modèle Traviata a ses faveurs. C’est l’un de ses plus fidèles compagnons de route. Le personnel du palais la voit traverser les interminables corridors munie de son royal it-bag. Sans lui, ses tenues lui semblent incomplètes. Le garder près d’elle la rassure. Il lui devient consubstantiel et elle s’en sert aussi pour communiquer avec sa garde rapprochée. Il se murmure qu’un langage codé aurait été mis au point avec les services secret dans le but d’éviter les situations embarrassantes. Sa Majesté a plus d’un tour dans son sac !  Passé d’un bras à l’autre, il signifie qu’elle souhaite mettre un terme à une conversation qui s’éternise. Un conseiller intervient sur …

L’âge heureux

Feuilleter l’album de l’enfance, c’est pénétrer dans un univers feutré. Une bulle dorée où les princesses s’habillent en petite fille modèle. Leur mère, la duchesse d’York, règne sur la garde-robe. Leur père aussi. Le futur George VI se passionne pour les tendances, dessine ses costumes et a son mot à dire dans le choix des vêtements de ses deux filles. Son épouse commande du pur style aristocratique anglais. Robes évanescentes aux volants victoriens, cotonnades fleuries assorties à des cardigans, manteaux de tweed, pulls shetland, kilt et babies vernies entrent dans le dressing. De savoureux chapeaux font leur apparition pour les grandes occasions. Une photo représente Lilibet en calèche. La petite-fille de George V étrenne un chapeau en feutre rose serti de fleurs. Si la coiffe est à croquer, il lui tarde de détacher la bride sous le menton qui lui gratte le cou. La fillette n’imagine pas un instant que sa collection vertigineuse de bibis fera couler beaucoup d’encre. Dans le parc de Windsor, la sœur aînée de Margaret électrise déjà les foules. Les invités …

God Save The Dressing

Le Boudoir de Kate Middleton s’associe aux célébrations du Jubilé de platine. Il salue 70 ans de règne et d’élégance et vous présente sa série haute couture “God Save The Dressing”, un récit très apprécié de Sa Majesté. La mode passe comme un train. Le style reste. Elizabeth II l’a bien compris. Son style unique défie le temps. A la Cour des Windsor, l’icône c’est ELLE ! Une silhouette se présente. Manteau et chapeau pimpants, gants, sac de dame et perles fines, Sa Majesté s’est forgé une identité visuelle reconnaissable depuis la grande muraille de Chine. Ses propositions multicolores, ses couvre-chefs potagers, ses corgis sont des repères rassurants dans un monde en perpétuel mouvement. « Il n’y a rien de moderne dans sa façon de s’habiller », proclame un critique de mode du Washington Post. Pourtant son allure continue d’inspirer les créatifs. Ouverte aux idées de son temps, utilisatrice des outils numériques, cette tête couronnée hyper connectée mise tout sur les classiques. Il est vrai que son style n’a que très peu évolué. Elizabeth cultive le classicisme tout …