All posts tagged: Reception diplomatique à Buckingham Palace en présence de Kate et William

Nuit magique au palais

Summum de toute visite d’Etat, le banquet royal donné par le couple souverain décline les pompes de la monarchie britannique. Encore une soirée qui rapproche la princesse de Galles, ruisselante de diamants et de paillettes, de son fabuleux destin. Le Royaume-Uni est entré en récession économique. Les supérettes mettent des antivols sur les aliments mais au palais de Buckingham, on met les petits plats dans les grands, diplomatie oblige. Unique dépositaire de faste, la Cour de Charles III nous donne à voir un spectacle grandiose, une de ces soirées brillantes qui n’existent nulle part ailleurs. A l’instar de la défunte reine, le roi et son épouse ont rendu visite au personnel en gants blancs, occupé à apporter la touche finale au banquet avant l’heure H. Le foie gras ne sera pas servi. Le monarque, fervent défenseur de la cause animale a banni la spécialité des tables royales. Au menu ce soir : filet de barbue sauce champignons et truffes, ballotine de faisan Windsor aux artichauts et sa compote aux coings, panaché de carottes, chou frisé …

Réception diplomatique au palais en présence de Kate et William

Plus tomboy que princesse, Catherine Elisabeth Middleton grimpait aux arbres du jardin de la maison de Bradfield. Il lui arrivait d’ouvrir les cartons de Party Pieces, pour essayer un diadème fantaisie, ou de poser pour le catalogue de l’entreprise familiale, déguisée en princesse. Au lieu de rêvassait à la vie de château, l’aînée des Middleton bûchait ses cours. Mais on n’échappe pas à son destin. Et la destinée a fait d’elle une future reine… Le 8 décembre s’annonce comme une journée chargée sur l’agenda princier. Dans l’après-midi, la duchesse a rencontré l’équipe de sa fondation 1851 Trust au palais de Kensington. Avant de partir pour Buckingham, Catherine a bisé ses enfants, le front ceint du diadème Cambridge Lovers Knot “le noeud des amoureux”, conçu en 1913 par le joaillier royal Garrard pour la reine Mary. La souveraine voulait un bijou qui reprenne les lignes de celui de sa marraine, la princesse Augusta de Hesse. L’auréole se compose de 19 arches de diamants chacune surmontée d’une perle. A deux ans et demi, George ne réalise pas …