Nadia princesse des airs

etiquettes-hotesse-air-vintage-etsy

Qui sont-elles? Les abonnées au BDKM appartiennent à diverses catégories sociales et professionnelles.

Étudiantes, salariées ou femme au foyer, toutes viennent y chercher des conseils mode ou beauté…un souffle de rêve. Nadia est l’une d’entre elles. Embarquement immédiat!

L’âge d’or de l’aéronautique est révolu mais le métier d’hôtesse de l’air continue de faire rêver les jeunes filles. “Toute ma vie j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air”, chantait Jacques Dutronc. Ce rêve, vous l’avez réalisé. Pourquoi avoir choisi d’exercer ce métier?

J’ai choisi ce métier pour voyager. A 17 ans, j’ai pris l’avion pour la première fois et je suis tombée en admiration devant les hôtesses de l’air. Je les trouvais tellement classe. C’était pour moi comme une sorte de ballet à bord. Très jeune, j’ai compris que je voulais fuir la routine à tout prix. J’avais déjà la bougeotte et ne voulais pas d’une vie métro-boulot-dodo. Et j’ai toujoursaimé évoluer dans un milieu cosmopolite.

Quels conseils donneriez-vous à une aspirante fille de l’air?

Le métier a beaucoup changé. On ne reste pas longtemps en escale, juste le temps de récupérer avant le vol. C’est une profession difficile où il faut gérer la fatigue, les horaires de nuit et le jetlag. Mesdemoiselles, l’horloge biologique est mise à rude épreuve! Il faut donc être en excellente forme physique, avoir une bonne hygiène de vie et une bonne résistance nerveuse. On ne travaille jamais avec la même équipe: des capacités d’adaptation et une grande disponibilité sont requises. Les hôtesses sont presque insaisissables et ne passent pas tous les week-end à demeure. Il est important de prendre ces critères en compte, avant de se lancer dans l’aventure.

L’hôtesse de l’air, un mythe et un fantasme pas trop embarrassants à porter dans la vie quotidienne? Le prestige de l’uniforme exerce-t-il ses charmes auprès de la gente masculine?

C’est en tout cas un sujet passionnant qui attise la curiosité, durant les soirées entre amis. Les gens veulent tout savoir du métier et des rencontres insolites à bord. Quant aux avances des voyageurs…l’uniforme instaure une certaine distance. Il m’est arrivé de recevoir quelques cartes de visite. Certains tentent de savoir dans quel hôtel descend l’équipage…

Carole Middleton, ex PNC de la BA, a préféré sa vie de famille à sa carrière. Et vous?

Tout comme elle, j’aspire à fonder une famille et à lever le pied.

Étiez-vous sur terre ou dans les air le 29 avril 2011?

J’étais off. Et j’ai suivi le mariage à la télévision.

Comme Carole, avez-vous rencontré le prince charmant sur le tarmac?

Je l’ai rencontré au cours d’une soirée parisienne. Il n’est pas navigant.

Vous exercez un métier de représentation. Dans la cabine, l’hôtesse est le centre de tous les regards. Elle marche en se tenant bien droite et affiche une mise irréprochable. Du chignon réglementaire à la manucure, tout doit être impeccable. Combien de temps vous faut-il pour vous préparer?

Une demie heure montre en main! C’est une question d’habitude après seize ans d’ancienneté.

L’air cabine dessèche la peau. Des recettes de beauté à partager avec le BDKM?

Boire beaucoup d’eau durant le vol et appliquer une crème hydratante toutes les deux heures. Faire un masque nourrissant après le vol.

Y-a-t-il une princesse qui sommeille en vous? Aimeriez-vous vivre la vie de château de Kate, ou bien avez-vous d’autres aspirations?

La vie d’obligations de Kate ne me fait pas rêver. Je suis plutôt admirative qu’une jeune et jolie roturière ait pu bousculer un peu la vieille monarchie.

Vous avez un point en commun avec Kate: les collants sont obligatoires. Comment sont les vôtres, transparents ou semi-opaques?

Je travaille en pantalon, la robe ou la jupe ne sont plus obligatoires. Je porte des chaussettes avec une forte contention. Obligatoires pour les vols de plus de six heures.

Quel est votre style au quotidien?

Classique. Je porte la robe et le pantalon et suis plutôt talons que baskets. En ce moment, je suis fan des jeans huilés. Je mixe des marques de PAP avec des pièces achetées à l’étranger. Rien ne vaut un shopping à Paris! J’adore la lingerie, les chaussures et les sacs à main. Je reste au naturel dans la journée-juste du gloss-et réserve le regard charbonneux aux soirées. En vol, je force un peu plus le trait et utilise un rouge à lèvres mat foncé.

Que pensez-vous de celui de Kate? Vous inspire-t-il dans le choix de vos tenues?

Kate est une jeune trentenaire qui a un style beaucoup trop classique. Une once de fantaisie serait la bienvenue. J’adore sa chevelure. Comme elle, les miens sont longs et bouclés. Dans l’avion, je me fais un chignon banane et on ne me reconnait pas. Amusant n’est-ce pas? La seule pièce de son dressing que je me suis procurée c’est le fameux collier Zara. Et pour tout vous dire, je ne l’ai encore jamais étrenné!

Parlez-vous “princesses” avec vos collègues de galley?

Nous parlons people mais jamais Kate. Mon entourage ignore tout de mon engouement pour le Boudoir. Je reste discrète sur ce sujet. Seul mon compagnon a été mis dans la confidence.

Distancié, critique, ou amusé, quel regard portez-vous sur cet engouement?

Amusé, Kate fait rêver les femmes tout comme Diana en son temps.

Un message personnel au Boudoir?

Discrète de nature, je ne laisse jamais de commentaires. Je me suis prise au jeu de l’interview avec un grand plaisir. Merci Lynda! Chères toutes, je vous dis à très vite et espère faire votre connaissance à la Tea Party.

Advertisements