All posts filed under: Fashion Week

La collection Erdem +collab H&M

Erdem c’est un conte baroque et poétique qui se réécrit chaque saison. Des fleurs, des impressions de tapisseries fanées, un style suranné, des dentelles enchanteresses. Le prêt-à-porter printemps-été 2018 revendique son appartenance au passé. Et quel passé! Celui de l’âge d’or de l’élégance. Les toilettes de la jeune reine Elisabeth ont inspiré le styliste turco-canadien. Erdem Moralioglu fait une proposition rétro à la semaine de la mode. L’allure des années cinquante triomphe. La taille se creuse, la jupe rallonge, les gants de cérémonie s’invitent. Entrent dans la ronde, la robe d’apparat, les manteaux de cour, l’écossais, le costume prince de Galles, le ruban arboré comme un ordre, le gilet jacquard. Une collection qui a du flegme. Vive la brit touch! Autre temps fort dans l’actualité de l’enseigne de luxe prisée par la duchesse de Cambridge, la collection capsule grande diffusion. Après Karl Lagerfeld, Lanvin, Sonia Rykiel, Balmain et consorts, Erdem et le géant suédois s’associent pour le bonheur des fashionistas. Parmi les 50 pièces au programme, retenons la blouse victorienne, le manteau de dandy, les …

Alexander McQueen printemps-été 2018

On a remis les vêtements chauds à l’ordre du jour. Les premiers frimas se font ressentir. Cela n’empêche pas la semaine de la mode de faire son grand numéro de printemps. Pour  les besoins de sa dernière collection de prêt-à-porter, Sarah Burton a exploré les allées chatoyantes du Great Dixter Garden (East Sussex), considéré comme la référence du jardin à l’anglaise. A sa manière, elle parle à l’oreille des fleurs et les ensorcelle. Rien de mièvre chez l’héritière d’Alexandre le Magnifique. Toujours ce romantisme vénéneux. Les oiseaux chantent, les mannequins entrent en scène. Elles passent et repassent d’un pas nerveux sous les cages tapissées de fleurs. Lisbeth Salander se pavane au musée de l’Orangerie. Ses cheveux gluants ressemblent à des algues: Ophélie sauvée des eaux troubles. L’urbaine selon McQueen, se pare de perles faussement sages, harnache ses mains et poignets de bijoux barbares. Ici des lanières bousculent une robe à fleurs. Là, le cuir claque, le rouge incendie le noir, les écossais explosent, les dentelles insoumises colonisent les trenchs, les vichy sont en organza, les …

Fashion week morceaux choisis

Toujours en avance sur le calendrier des saisons, la semaine de la mode nous parle déjà de l’hiver 2017-2018. So british chez Jenny Packham. Tartan roi, perles de douairière et tee-shirt corgi. La styliste chouchou de la duchesse de Cambridge décale ses tenues de soirée. Perfecto exigé. Le blouson upgrade les robes de princesse. Turkish delight. Erdem Moralioglu mixe les influences turques et édouardiennes. Le créateur est d’origine turque du côté de son père. Point de départ de la collection automne-hiver 2017-2018, le portrait de Mary Gunning, comtesse de Coventry, peinte par Jean-Etienne Liotard. Sur le podium, le talent du créateur se traduit par une collection opulente qui fait la part belle aux imprimés fantastiques, aux velours façonnés et aux étoffes chatoyantes. Une collection qui invite au voyage sur les rives du Bosphore. Retour aux sources chez Tori Burch. Une collection empreinte de nostalgie inspirée du vestiaire de Katherine Hepburn dans Philadephia Story. La styliste est native de Philadelphie…tout s’explique. Lavallière, costume pour dames, cafetans et le catogan de Chanel se partagent la vedette.  

Tendance robe de princesse

Il était une fois. Temps fort des défilés, les passages en robe de princesse. Après les diadèmes de Saint Laurent, les robes de contes fées enchantent les collections haute couture de l’été 2017. La féerie triomphe sur les podiums. D’un coup de baguette magique, les robes cousues dans du rêve entrent en scène. Que la fête commence! A la toute jeune et jolie Lily-Rose Depp, l’honneur d’ouvrir le bal dans une robe souveraine (Chanel). A regarder sans modération. Et tant pis s’il n’y a pas de prince charmant pour régler la facture. Be a Princess!  

Michael Kors Summer 2017

Le printemps-été du styliste américain défile sur de la musique jazz. Michael Kors ne déroge pas à sa philosophie. Plus que jamais, il habille la femme active. Décideuse et flâneuse à ses heures perdues, elle emprunte le pardessus de son homme, dont elle sangle la taille pour exprimer sa féminité. Fleurettes et découpes suggestives contrebalancent les silhouettes tomboy. Une collection d’un glamour nonchalant, inspirée des années 40-80, pour une urbaine à la mèche Hollywood et aux semelles rustiques. Un truc à lui piquer: la ceinture cuir gold de toutes les largeurs, empreinte du créateur.  

Alexander McQueen printemps-été 2017

Sarah Burton nous invite dans les îles Shetland. La styliste et ses assistants sont allés respirer le grand air d’Ecosse, terre natale de feu Alexander McQueen, bad boy de la mode britannique. Avant de passer à la pratique, l’équipe s’est documentée dans la nature, réalisant une série de polaroids, observant attentivement la lumière changeante, prélevant des échantillons de mousse, de feuilles et de fleurs, pour mieux retranscrire ces impressions écossaises dans les imprimés de sa collection. Les aventurières à la botte conquérante, revendiquent leurs racines dans des brassières celtiques cloutées, portées sur des robes de bergère, des costumes masculins coupés dans le tartan des kilts, des cuirs et manteaux bucoliques. La talentueuse directrice de création signe une poésie sauvage plus haute-couture que prêt-à-porter.            

Fashion Weeks

Y a plus de saison madame. L’été n’a pas montré le bout de son nez que l’on nous parle déjà de l’hiver. Alors que nous avons envie de robes légères, les manteaux défilent à Milan, New York, Londres et Paris. Après quatorze ans de représentations en France, la maison Alexander McQueen s’est produite au Lawrence Hall-une salle d’exposition datant des années 1920-de Londres. N’y voyait aucune nostalgie de la part de la directrice de création: Sarah Burton est sur le point d’accoucher de son troisième enfant. Prudente, elle a choisi de ne pas voyager et de montrer sa collection automne-hiver 2016-2017 dans la capitale londonienne. Elle livre le plus romantique de ses défilés. Épaules structurées, bas de pantalons sanglés et tailoring le jour; onirisme, évanescence et belles dentelles, lâché de papillons le soir. Un “Songe d’une Nuit d’hiver” dédié à Alice aux pays des merveilles ou à une Ophélie déjantée. Les photos d’Erwin Blumenfeld’s ont inspiré Emilia Wickstead. Avec ses rayures et ses robes minimalistes, la styliste Néo-Zélandaise fait bande à part et conserve sa …